Le fonctionnement de la vision

Condition oculaire visuelle

La vision débute avec l’entrée des rayons de la lumière dans l’oeil à travers la cornée, le premier tissu transparent. Puis, les rayons passent à travers la pupille, cette ouverture ronde au centre de l’iris, la partie colorée de l’oeil. La pupille varie de grandeur selon la quantité de lumière qui entre dans les yeux. Les rayons passent ensuite à travers le cristallin qui, en modifiant sa forme, focalise les rayons selon l’objet regardé : c’est la mise à foyer de l’oeil. Enfin, la lumière atteint la rétine et son énergie excite les cellules, créant un influx nerveux qui voyage ensuite via le nerf optique, au cerveau, pour l’interprétation de ce que l’on voit.
L’acuité visuelle

C’est la capacité de discriminer les détails. On la mesure avec le test connu de la charte des lettres. On note généralement les résultats sur 6 (6/6, système métrique) ou sur 20 (20/20, système anglais). Ainsi, une acuité visuelle de 6/12 (ou 20/40) signifie qu’il faut s’approcher à 6 mètres (ou 20 pieds) pour voir quelque chose normalement vu à 12 mètres (40 pieds). Cette mesure indique votre capacité de vision.
La myopie

C’est le problème visuel créé par la focalisation de l’image devant la rétine qui fait en sorte que les images sont embrouillées en vision de loin, mais peuvent demeurer claires en vision de près. Le plissement des yeux est un signe commun de la myopie en permettant de diminuer l’embrouillement.

L’hypermétropie

C’est le problème visuel créé par la focalisation de l’image derrière la rétine et qui fait en sorte que l’oeil doit faire un effort pour voir de loin et de près, créant parfois une fatigue visuelle ou un embrouillement aux deux distances. Les symptômes communs sont la difficulté de se concentrer et maintenir longtemps une vision claire en lecture et écriture, la fatigue ou les maux de tête après un travail de près.

L’astigmatisme

C’est le problème visuel créé par un défaut de la courbure de la cornée et/ou du cristallin et qui fait en sorte que les images sont embrouillées ou distortionnées à toutes les distances. L’astigmatisme peut causer des maux de tête, des inconforts oculaires et de la fatigue visuelle, variables selon le degré d’astigmatisme.
La presbytie

Avec le temps, le cristallin perd son élasticité et sa capacité de focaliser les images perçues au près. Les individus dans la quarantaine notent souvent une diminution graduelle de la mise à foyer lors de la lecture. On doit alors lire plus loin que la distance normale. Les symptômes communs de la presbytie sont l’embrouillement de près, les maux de tête, la fatigue visuelle et la difficulté à travailler longtemps au près.

Le strabisme

C’est la condition visuelle où les deux yeux ne sont pas adéquatement alignés ensemble. Dans certains cas, un oeil fixe alors que l’autre tourne soit vers l’extérieur (exotropie), soit vers l’intérieur (ésotropie), ou dans la verticale. Le strabisme apparaît habituellement dans la première enfance, mais parfois plus tard, selon la cause. Le traitement peut nécessiter le port de lunettes, des exercices ou éventuellement, une chirurgie.

L’amblyopie

Synonyme d’oeil paresseux, l’amblyopie est la condition visuelle où la vision est réduite dans un ou les deux yeux même si une correction optique est portée. L’amblyopie accompagne souvent le strabisme ou un défaut de vision unilatéral non corrigé à temps. Des lunettes et des exercices peuvent l’améliorer.

Le glaucome

Le glaucome est une maladie de l’oeil qui entraîne une destruction lente et progressive du nerf optique. Cette maladie peut être causée par une trop grande quantité de liquide (humeur aqueuse) produite dans l’oeil, par une mauvaise évacuation de ce liquide ou par une mauvaise irrigation sanguine du nerf optique secondaire à une pression intra-oculaire inadéquate. Non diagnostiquée ni traitée, cette maladie peut entraîner la cécité.

Les cataractes

Avec l’âge, suite à des chocs, des effets secondaires de médicaments ou des radiations (UV), le cristallin s’opacifie graduellement et cause une diminution de la vision. La cataracte peut aussi causer des halos, éblouissements et inconforts au soleil. Le seul traitement se fait par chirurgie.

La dégénérescence maculaire

La macula est la zone dans votre oeil où la vision est la plus précise. 25 % des personnes de plus de 65 ans sont sujets à l’assèchement de cette zone, causant une diminution progressive de la vision. Dans de rares cas, des hémorragies au fond d’oeil peuvent survenir. Des examens de contrôle fréquents et la prise de comprimés antioxydants font partie des traitements requis même si la condition est incurable à long terme.

Les mouches volantes

Elles sont souvent des particules de protéines ou autres matériaux naturels flottant dans le liquide interne de l’oeil. Si ces particules sont suffisamment grosses, elles causent des ombres et l’on a l’impression de les voir flotter devant nos yeux. On les appelle aussi « corps flottants ». Elles peuvent également être causées par une détérioration du fluide oculaire (le vitré). S’ils s’accompagnent de flashs de lumière, ils peuvent être signe d’atteinte à la rétine. En tout temps, les mouches et/ou flashs devraient faire l’objet d’un examen détaillé de la rétine.
Conseils préventifs :

Voyez votre optométriste régulièrement. Avec les années, vos yeux changent et un examen oculo-visuel régulier peut détecter des problèmes potentiels avant qu’ils ne deviennent plus sérieux. Votre optométriste vous conseillera sur la fréquence de vos examens.
Utilisez une correction visuelle adéquate pour vos loisirs, sports et travail. Discutez de vos activités avec votre optométriste.
N’utilisez pas les lunettes d’une autre personne. Chaque prescription visuelle est unique à chacun.
Utilisez seulement des lentilles de première qualité. Des distorsions peuvent vous causer des dommages visuels.

Voyez votre optométriste de famille!

(Source : Association des Optométristes du Québec)